Il est l’heure de fermer les portes du blog.

Difficile de boucler une page de ma petite vie de blogueuse. Cependant, il est temps pour moi de tirer ma révérence sur ce blog. Comme vous l’avez constaté par vous-mêmes, les articles se sont faits plus rares durant l’année 2017. Moins le temps, d’autant plus que je me suis plus impliquée dans le collectif Pop Fixion.

Cependant, j’ai ouvert un petit aparté personnel ici

En espérant vous retrouvez prochainement.

 

 

 

Une nouvelle année qui s’achève…

Au moment où vous lirez ces lignes, Noël sera déjà passé et il ne restera qu’à franchir la dernière ligne droite de l’année 2016.

Alors cette année 2016 ? Une belle année où j’ai fais pleins de choses intéressantes, eu un boulot super génial et surtout rencontré des personnes formidables. Concernant le blog, il a eu un belle activité fin 2015 et durant une partie de l’année 2016 avant de perdre en publications. Déjà parce que une grosse partie des articles avaient été écrits pendant ma période de chômage, j’avais donc plein de temps devant moi. Et puis, ensuite, j’ai trouvé un boulot et forcément moins de temps…

2016 ce fut aussi une année riche sur Twitter avec des copains formidables qui me suivent, commentent mes japoniaiseries et avec qui partager sa passion est un plaisir. D’ailleurs, un gros BIG UP au forum et site Legendra avec lesquels j’ai suivi la sortie du très attendu Final Fantasy XV mais aussi, en ces derniers jours de 2016, au jeu qui fait vibrer toute une communauté : NieR Automata.

Je dois vous avouez, la démo a déclenchée chez moi une grosse hype, encore pire que FFXV. Si bien que j’ai rompue avec ma raison en pré-commandant l’édition collector. Enfin c’est plus la fan de Drakengard qui parle en moi.

2016, ce fut surtout ma première Japan Expo du côté exposant avec l’AEUG, expérience chroniquée en ces lieux . A l’époque, la passion pour la japanim était au plus bas. Je dirais pas non plus que je l’ai retrouvée de manière intacte mais j’ai pu participer au délire sur Yuri On Ice chroniqué sur PopFixion.

J’en viens donc à une chose que vous avez probablement remarqué : si j’ai peu écrit sur le blog je me suis un peu plus investie pour le collectif PopFixion. Je dois vous avouer que écrire au sein d’une communauté sympathique, plein de délires de fou est bien plus intéressant. Vous pouvez d’ailleurs me retrouver de temps en temps sur les podcast du collectif.

L’année s’achève donc, en espérant que 2017 soit tout aussi formidable.

Bonnes fêtes de fin d’année et à l’année prochaine !

La passion, à jamais.

 

0dw8f8j

Cela fait plusieurs mois que je n’ai pas publié ici. Certains se demandent même où je suis passée, alors que j’enchainais un rythme d’un article par semaine. Rassurez-vous, je n’ai pas tant disparu que ça. Simplement, je me suis retrouvée un peu lassée de la japanim, malgré une édition à Japan Expo absolument géniale. Lassée de voir que je n’arrivais pas à trouver d’intérêt aux nouveautés. Epuisée même nerveusement quand je voyais les gens continuer d’enchainer séries sur séries. Pourquoi pas moi ?

A se dire, je pensais presque avoir perdue la foi en quelque chose d’aussi intense que la passion de l’animation japonaise. J’ai commencée alors à rêvasser et à me rappeler du « bon vieux temps ». Celui où j’enchainais série sur série avec des amis. Où je partageais mes avis sur des forums de discussion.  Je me complaisais quelque part d’avoir une culture acquise toutes ses années et de voir que je ne perdais cependant pas l’intérêt pour ce que j’avais aimé. Le visionnage de l’animé D.Gray-man Hallow cet été fut une preuve de mon attachement à la japanim. Que malgré ce que je vivais au plus profond de moi, la flamme n’était pas complètement éteinte.

J’eu, il y a environ deux ans, un regain d’intérêt pour la japanim symbolisé par les Ano Hana et le controversé Terror In Resonnance. Ce fut vain. Eh oui, même si mon attrait était quelque revenu, ce n’était pas assez. Et je suis repartie alors pour deux années de calvaire. Ah si deux/trois nouveautés comme Tokyo Ghoul qui me poussèrent à acheter la série. Mais la flamme avait finie par presque s’éteindre. Ce « black-out » animesque perpétuait. Jusqu’à ma rencontre avec les 7 péchés capitaux.

Nanatsu no Taizai est un shonen classique, comme il en existe 20 milliards. Et comme j’en ai vu aussi 20 milliards. Je me rappelle encore il y a 6 ans quand je suis devenue « fan » de Fairy Tail et où je claquais mon argent dans des goodies de One Piece. Cette époque où j’étais jeune et où ma passion était monstrueuse. Et Nanatsu no Taizai rentre exactement dans la catégorie des séries que je n’aurai jamais suivie, par lassitude des shonen nekketsu. Quelle ironie puisque l’anime a tapé exactement où il le fallait. Pile dans le kokoro.

Je n’ai aucune explication sur cet entrain soudain à brailler de nouveaux les génériques d’une série, à me rendre que Yuki Kaji que je trouve être une grosse bouse comme doubleur vient juste de réussir le pari d’être excellent dans le rôle de Meliodas. Et pourtant c’est pas un rôle de composition mais je suis conquise. Eh ouais mon petit coeur vacille devant notre héros. Surréaliste.  

Mais d’un autre côté, sans cette traversée du désert de 3 ans, je n’aurai peut-être pas été dans cet état de voir la flamme de la passion revenir et d’impacter même mes ambitions professionnelles. Après j’ai beau être de nouveau enthousiasme, la question qui reste en suspense c’est : « pour combien de temps ? ». Mais je préfère ne pas y penser et profiter à cette passion qui est revenue. Comme jamais. Et éternellement.

Le blog fête son premier vrai anniversaire

ob_dbd113_5ps0.jpg

Rien de mieux que d’ouvrir cette nouvelle page de l’histoire de « Chronique d’Une (autre) Otaku » avec un nouvel article sur sa nouvelle adresse !

En réalité, la création du blog remonte à bien plus longtemps, pour ceux qui ont suivi depuis le tout début. A la base, c’était un simple blog consacré à mon mémoire de recherche dans le cadre d’un cours. Par la suite, j’ai voulu continué, de manière pas tellement régulière, à poster des tas de choses. Sur l’éducation numérique qui m’est chère mais aussi l’animation japonaise et les jeux vidéo. Très vite, ce qui était une vitrine de mes recherches professionnelles est devenue un espace où mes passions s’y prêtaient petit à petit.

En Septembre 2015, j’ai eu l’envie de reprendre l’aventure de manière plus sérieuse, avec une vraie ligne éditoriale et une publication régulière. Je suis partie sur une nouvelle plateforme, repris mon compte Twitter à l’abandon et me suit lancée à faire la promotion de ce qui était simplement une chronique d’une autre otaku. Celle que j’étais.

J’y ai fais des rencontres incroyables avec des passionnés, certains sont même devenus de bons amis et j’ai rejoins un collectif de rédacteurs autour de la Pop Culture (http://www.popfixion.fr). Vous avez été nombreux à partager sur twitter et commenter mes articles foireux et je vous remercierai jamais assez pour vos soutiens.

Désormais, le blog continuera ici. Au plaisir de lire vos commentaires et tweets !